(image de chez Hteumeuleu)
Vous avez sans doute réalisé quelques projets et réalisé la déconvenue qu'entraîne une gestion de projet inexistante quand la bise fut venue. Voici donc une série de posts sur mon expérience de la gestion de projets web de plusieurs mois en petites équipes jusqu’a une quinzaine de personnes, applicable également à d’autres domaines que le web comme par example la publication de livres collectifs auto édités auquel j'ai pu contribuer dans une équipe entre ving et trente contributeurs.

Causes générales de retard dans un projet

Un projet s’étire dans le temps bien souvent pour ces raisons:

  • des réponses trop lentes entre les parties, client et autres équipes sans cesse en congés.
  • des personnes incapables de se débrouiller seules un minimum.
  • deux personnes ont travaillé sur la même chose sans le savoir et se marchent sur les pieds.
  • on ne sait pas à qui s’adresser ni ce dont nos collègues s’occupent.
  • le présentéisme tuant la productivité et la motivation des troupes en leur faisant croire que rester longtemps sur son lieu de travail (et donc ne plus avoir de vie privée ou de sommeil) est une bonne chose.
  • les membres n’ont pas les informations dont ils ont besoin pour travailler.
  • rester avec des pratiques dépassées de plusieurs années.
  • empêcher les gens de travailler pour des raisons de politiques d’entreprise.
  • n’avoir aucune formation aux outils utilisés, ou ne pas avoir d’outils mis en place pour faire gagner du temps.
  • pas de tests automatisés. Vous n’avez donc aucune idée de ce que les dernières modifications impactent dans le reste du code.
  • pas de retour utilisateur. Vous ne pouvez donc pas deviner que ce que vous trouviez très joli est en fait un frein à l’utilisabilité de votre site en plus d’énerver ses utilisateurs.
  • un réseau pourri qui vous empêche de transmettre de gros fichiers en un clin d’oeil
  • du matériel trop vieux pour travailler sans attendre qu’il réagisse. Si vous radinez sur le matériel, vous le paierez en rallongeant le temps que prendra le projet, ce qui coûte en général bien plus cher.
  • pas de backups ni de gestion de version, au moindre disque dur qui meurt vous perdez des semaines de travail.
  • des mises en production peu fréquentes.
  • des boites noires avec lequelles on doit interagir mais dont on a aucun moyen de deviner le fonctionnement.
  • des priorités indéfinies ou incorrectes, un mauvais ordre des tâches.
  • des tâches trop grosses ou trop vagues pour savoir par où commencer, il faut les découper en des étapes bien plus petites.
  • n’avoir aucune vue d’ensemble de l’avancement du projet.
  • croire que tout est urgent, c’est manquer cruellement de discernement.
  • la documentation laisse à désirer, le code n’est pas commenté.
  • on ne retrouve pas des infos que l’on cherche
  • des estimations à trop long terme, ne prévoyez que pour la semaine en cours.
  • l’illusion que l’on peut tout prévoir et que tout se passera sans la moindre difficulté ou changement de cap.
  • accepter toutes les modifications demandées par le client parce qu’on ne veut pas dire non, et vouloir donc faire davantage de boulot dans le même délai.

Nous allons voir plus en détail comment résoudre ces problèmes courants dans les posts suivants.

Et bonne nanée 2016!