Cipher Bliss

la galaxie des fanzines


Je me suis essayé à la visualisation de données avec Gephi, un logiciel libre connu pour être le photoshop de la DataViz, tout en étant gratuit.

J'en ai profité d'avoir la main sur la base de données de fanzines de www.meluzine.org pour proposer des exportations en csv, un format de feuille de calcul ouverte (lisible avec Libre Office par exemple).
Après avoir suivi le rapide tour d'horizon de la doc officielle, j'ai rajouté une colonne Souce, et une colonne Target à l'export de la page de fanzines pour faire des liens entre les noms des associations et les titres des fanzines.
Quelques ajustements de couleur par propriété sur les liens, la taille des labels correspond aux séries de fanzines ayant plein de titres en commun avec les autres (donc en tête de file des titres de numéros de fanzines, le nom "1", puis le nom "2", puis "3", etc...)
Les liens entre les noeuds en vert représentent les fanzines toujours disponible, et en rouge ceux qui sont épuisés. Les tas de liens forment des petites galaxies rapprochées par des choses communes entre les fanzines, telles que leur prix et leur nombre de pages, non affichés pour ne pas alourdir la visualisation. Cette infographie montre qu'il y a une bonne partie de rouge, surtout sur les séries extérieures.
Ce qu'on ne voit pas ici c'est que moins d'un pour cent des fanzines enregistrés sont sortis cette année. Et 9% sont sortis en 1991, première année de production du site.
Donc, si vous êtes un fanzineux, inscrivez vos productions en créant un compte sur www.meluzine.org :)
Enjoy!

ubuntu party 15.10

Y'a pas longtemps j'ai découvert les Ubuntu Party de Paris.
C'est super sympa et convivial. J'étais étonné de voir que les install party pouvaient ameuter autant de gens, et surtout, pas seulement des mecs barbus. Justement y'a une grande diversité d'interessés par la culture du libre et ubuntu. La communauté est inclusive et c'est super cool!

J'ai bien aimé la conférence d'Androsème sur le sacré et le profane. Elle y réfléchit à la notion de geek, on y voit comment ce concept est exclusif des profanes, et ce qui se passe lorsque le profane essaie de toucher au sacré.
On y voit aussi comment le harcèlement en ligne est rendu possible via facebook et autres choses, mais que ça ne tient pas spécifiquement aux outils en ligne et qu'on retrouve ces comportements d'exclusion hors ligne.
https://twitter.com/androseme

La conférence interactive sur le projet Do Not Track d'Arte était super bien pour expliquer les enjeux de l'espionnage de masse légalisé, on y a vu qu'avoir des choses à cacher est parfaitement naturel et n'est pas réservé aux gens louches. Le suivi de toutes vos données vaut de l'or, vous devez vous protéger vous même ainsi que les personnes avec qui vous communiquez. Surtout que dans ces histoires de suivi vous n'avez pas autorité pour savoir ce qui est retenu contre vous, qui détient ces informations, pour combien de temps, ce qui en sera fait, et à fortiori dans les mains de qui elles tomberont par inadvertance.
vous ne manquerez pas d'en entendre parler dans les mois qui suivent.
https://donottrack-doc.com/fr/

Il y a eu aussi une conférence sur Mycroft, un projet ouvert d'intelligence artificielle ayant pour but d'être installée dans des objets. un projet qui a l'air vachement chouette, et compatible Arduino entre autre. de quoi fabriquer mille bidules utiles ou simplement pour le plaisir d'apprendre comment fonctionnent les choses.
https://github.com/MycroftAI/mycrof...

Donc wouala, ubuntu party ce sont des évènements à la cité des sciences de paris qui se produisent deux fois par an, pour chaque sortie de version d'ubuntu. en Octobre et en Avril. Vous pouvez y venir avec vos parents et leur faire essayer le système dans sa version la plus récente.
N'oubliez pas de faire une sauvegarde de vos fichiers sur un disque externe avant, par précaution ;)
Perso, ubuntu 15.10 installé sur mon vieux EeePC 1005HA a permis de lui redonner une certaine jeunesse, nickel pour faire du développement arduino sans se trimballer un gros ordi. Et surtout, il a une autonomie incroyable pour un ordi de 2009, on peut bien le laisser allumé 6 heures et bidouiller dessus sans avoir à le brancher.

suivez la communauté ubuntu-fr sur twouiteur :3
https://twitter.com/ubuntuparty

Retrouvez les vidéos des conférences ubuntu party sur le site officiel :)
http://media.ubuntu-paris.org/

exporter une visualisation de son schéma SQL


Vous voulez visualiser les relations entre vos tables SQL assez facilement? vous pouvez le faire avec phpmyadmin, ou en ligne de commande avec un dump de votre base (en exportant seulement le schéma, sans données)
 #! /bin/bash DBNAME = $1; FILENAME = $2; mysqldump $DBNAME $(mysql -D DBNAME -Bse "show tables like 'wp_%'") > FILENAME.sql 
Vous pouvez utiliser SQLfairy sur votre dump de base pour en sortir un png.
 sudo apt-get install sqlfairy

sqlt-graph -f MySQL -o mydatabase.png -t png FILENAME.sql

astuce trouvée sur ce post de nsaunders

le dysoon de djo

Quel déconneur ce Djo :D

Conversion de pdf en image et OCR

imagemagick permet de convertir des tas de fichiers en des tas d'autres. Il est fourni de base dans pas mal de distributions linux. convertir un pdf en un jpg par page de 300dpi c'est aussi simple que ceci: (dans un terminal, dans le dossier de votre fichier pdf, par exemple, mon dossier de Téléchargements)

convert -density 300 -quality 100 monFichierPDF.pdf mesFichiersJpg.jpg

et boum! aussitôt plopent dans le même dossier des jpg mesFichiersJpg (1).jpg pour chaque page.

 Trop magique. l'option -density 300 donne une résolution de 300dpi. l'option -quality 100 compresse la sortie au meilleur de sa qualité.

il faut nommer le fichier d'entrée et celui de sortie, j'aurai pu marquer mesFichiersJpg.png ça aurait fait des vrais png, mais ça supporte aussi des tas d'autres formats.

vous pouvez vous en faire un alias dans votre fichier ~/.bash_aliases

alias pdf2jpg='convert -density 300 -trim -quality 100'; 

ainsi vous pourrez lancer:

 pdf2jpg monpdf.pdf mesJpgs.jpg 

Et paf, ça fait des images de jolie qualité.

Le cube qui sait lire

Et donc voilà, il arrive aussi qu'on vous file un pdf contenant un contrat ou un texte (avec ou sans images) qui serait bien plus efficace en format texte pour y faire des recherches par exemple. vous avez bien entendu autre chose à faire de votre vie que de recopier tout le texte. aint nobody got time for that.

Il convient donc d'utiliser un soft qui sait faire de l'Optical Character Recognition, de la reconnaissance de caractères optiques.

Le Tesseract, ce n'est pas un cube produisant une énergie infinie au pays d'Iron Man, c'est un soft capable de lire des caractères dans une image et de pondre un texte en conséquence. Bien sûr il faut relire le texte ensuite pour corriger quelques typos, mais il fait déjà un boulot impressionnant. installez le avec son extension pour le français avec apt-get: 

sudo apt-get install tesseract tesseract-ocr-fra 

Une fois que c'est fait revenons à nos animaux laineux. Vous avez donc plein de fichiers jpg dans un dossier. Dans un terminal, mettez vous dans le dossier en question.

 Nous allons donc faire une boucle sur tous les fichiers du dossier courant se terminant par jpg, les lire et en ressortir dans un fichier page_truc.txt pour chaque image.

a=0;
for i in $(ls -v *.jpg) ;
     do echo "$i page_${a}.txt" ; # on affiche ce qu'on fait
     tesseract $i page_${a}.txt ;
     let a=a+1 ;
done

l'option -l fra sert à dire qu'on traite un texte en français
et maintenant on concatène les sorties de chaque image en un seul fichier

cat page_* > all_pages.txt

astuce trouvée sur la doc ubuntu enjoy!

Retour d'expérience

Apprendre de son expérience est une capacité trop souvent laissée de côté. avez vous déjà essayé d’identifier les éléments qui vous ont fait perdre du temps dans vos anciens projets? Laissez de côté vos différents entre collègues (si vous en avez, comme dans la plupart des boites), et prenez le temps de leur demander ce qui les empêche de travailler, quelles sont leur principales difficultés dernièrement, et comment les résoudre selon leur avis. En tant que membre de l’équipe, lorsque vous résolvez un souci après bien des recherches pour vous rendre compte que c’était un truc tout simple, notez le dans un carnet. Vous verrez ainsi quels sont les choses qui vous font perdre du temps et que ce sont souvent les mêmes qui reviennent. Durant les démonstrations d’avancement, il est bon de faire un tour de table de retour d’expérience en évoquant des points positifs et des axes d’améliorations. Notez cependant qu’en groupe on ose moins dénoncer certaines choses ou désigner des fautifs. C’est pourquoi il est nécessaire de se renseigner entre quatre zyeux auprès des autres gens. Le but de la manoeuvre n’est pas le lynchage collectif, il convient donc de rester courtois dans ses remarques. Vous serez surpris de voir comme l’esprit d’équipe peut être amélioré juste de cette façon.

Le petit Printf

''J'ai été conquis par l'histoire du petit printf, que j'ai découvert par Hteumeuleu, écrit par Fred T-H c'est presque comme le petit prince mais version pour les codeurs, avec toute sa poésie et sa réflexion sur les absurdités de ce que l'on fait. Comme il est écrit en English et qu'il faudrait carrément que plein de codeurs le lisent, et pas forcément des plus spécialisés en Angliche j'ai entrepris de vous le traduire.''

Le petit printf, pourquoi codons nous?

Chapitre 1

J'ai eu la chance d'être né avant que les ordinateurs et les jeux vidéo étaient omniprésents. J'ai eu la chance de jouer à l'extérieur avec des amis et mon frère, et d'inventer nos propres jeux.
Nous pourrions être nos propres héros, utilisez une brindille qui pouvait soudainement devenir un arc, une arme à feu, une épée, ou un télescope. La brindille pouvait devenir n'importe quoi, sauf peut-être un boomerang, car une fois que vous jetez le bâton, il faut aller le chercher.

À un certain moment j'ai grandi, et il est devenu embarrassant de jouer de cette façon. Vous ne pouvez pas traiter une pomme de pain comme une grenade et faire semblant d' avoir des pouvoirs magiques lorsque les autres enfants pensent qu'être un adulte est cool. ça ne vous correspond plus.
On finit par être forcé de grandir. Pourtant, ça reste une enfance chanceuse.


À un certain moment j'ai eu la chance de jouer à des jeux vidéo, et d'utiliser des ordinateurs.
Il pourrait croire que c'était comme avoir le monde imaginaire que vous aviez voulu tout ce temps, matérialisé en face de vous.
Cela vous consume, et pendant un moment vous vivez une vie différente.

Mais il y a quelque chose de commun à la plupart des jeux vidéo : vous ne créez pas, vous réagissez, vous consommez.

J'ai fait du théâtre d'improvisation étant adolescent. Alors, de nouveau, il était normal d'être avec les gens et de créer et de faire semblant à partir de rien.

Bien sûr, le théâtre d'improvisation au Québec est différent ; il y a une patinoire là, tout n'est que hockey.

Quand je suis arrivé à une école professionnelle pour étudier le multimédia à partir de 2005 jusqu'à 2008, j'ai finalement débarqué dans le domaine de la programmation. Je l'ai trouvé incroyable! La créativité était encore là, et ça pouvait m'apporter de l'argent! Je me suis alors conçu le mécanisme de mon premier jeu, et c'était époustouflant.

Ce n'est pas un vrai jeu vidéo, m'a-t-on dit. C'est juste un formulaire HTML. Vous devriez avoir utilisé un tableau pour le texte et les options qu'il aurait été mieux. Le code a besoin de nettoyage. J'étais un peu découragé ; le jeu était vraiment sur les 11 pages de texte que j'avais écrites pour son aspect " choisissez votre aventure ". Mais je compris que si je voulais faire les choses de sorte que bien plus de gens pensaient qu'il s'agissait d'un bon jeu, j'avais beaucoup à apprendre. Je dois apprendre " la vraie programmation ". Passer de JScript dans une boîte à outils de GUI pour quelque chose de mieux, comme PHP. Alors j'appris sur le tas, avec le Javascript. Puis finalement on m'a dit d' apprendre à faire de nouveau de la vraie programmation; PHP est atroce. On m'a dit d'essayer peut-être Python, que j'ai donc appris. Mais les vrais programmeurs connaissent des choses plus impressionnantes, et les noobs de python ne pouvaient résister à l'appel, la programmation orientée objet n'était pas où je voulais être. Lire le SICP (Structure and Interpretation of Computer Programs) serait la prochaine bonne étape, m'a-t-on dit, parce qu'elle était comme la bible de la science informatique. Cela m'a fait entrer dans le moule. Et j'ai pris le livre de K & R, car les vrais programmeurs dans le monde réel font du C, et je me suis inscrit pour les cours à temps partiel à mon université locale tout en jonglant avec mon travail, parce que de vrais programmeurs connaissent les structures de données et les mathématiques, Choses que j'ai appris dans une certaine mesure. Je commencé à lire des documents et des livres, parce que de vrais programmeurs restent à jour et connaissent des algorithmes incroyables. à un moment donné je me suis essayé au Erlang et j'ai commencé à en faire une carrière. J'ai écrit un livre sur le sujet. Curieusement, personne n'a jamais remis en question si j'étais un véritable auteur, ou un véritable écrivain, ou un vrai illustrateur. C'était dingue, j'ai obtenu un poste d'enseignant en Erlang sans jamais l'avoir utilisé dans un système en production.

Chapitre 2

Donc, je vivais ma vie en faisant le tour du monde, en disant aux gens comment faire les choses que je n'avais parfois jamais fait, alors tout le monde semblait soudain croire que j'étais un vrai programmeur, pour des choses que je faisais qui la plupart du temps n'avaient aucun lien avec la programmation.

Un jour, j'étais coincé dans un aéroport en revenant d'une conférence, en tapant furieusement sur un terminal, quand une voix douce et étrange me demanda :
"Si vous plaît, concevez moi un système! -Quoi?! Concevez -moi un système !"

Je levai les yeux de mon écran, surpris par la demande. Je regardai autour et ai vu ce gamin qui aspirait à être un développeur et attendait de moi de l'appeller " printf", un nom que je trouvais très stupide et fantaisiste. Il ressemblait à peu près à ça:

"Je ne sais pas encore grand chose à propos des ordinateurs, mais on dirait que vous oui. Je veux écrire des programmes, faire un blog sur eux et que les gens les utilisent et les lisent. S'il vous plaît, concevez moi un système!"
Voilà une demande surprenante, et j'avait été éveillé pendant les 20 dernières heures, je n'étais pas trop sûr d'avoir bien compris ou si j'en avais envie. Je lui ai dit les systèmes étaient compliqués. Je ne savais pas vraiment quel système il voulait faire, comment il voulait le faire échouer, combien de lecteurs il devrait supporter, où il voudrait l'héberger, et je ne pouvais donc pas concevoir un système approprié avec si peu d'informations.
"Cela n'a pas d'importance. Concevez-moi un système."
Je fis donc le schéma d' architecture suivante:

Il regarda et dit : "Non, ce système n'est pas assez bon. Faites-moi une autre." Donc je l'ai fait:

et je lui ai donné un aperçu de la façon dont cela fonctionnerait. Mon nouvel ami sourit poliment. "Cela ne fait pas ce que je veux, il est beaucoup trop complexe et fait beaucoup de choses dont je ne ai pas besoin" Je me sentais un peu insulté, après avoir examiné la redondance, la surveillance, les sauvegardes, les caches et d'autres mécanismes pour réduire la charge, le processeur de paiement externe pour la protection juridique, les basculements, le déploiement facile, et tout le reste. Je pourrais l'avoir décemment facturé en tant que frais de consultation pour cela! à bout de patience, je dessinais ceci:

Et j'ajouté : "Voici la conception. Le système que tu veux est à l'intérieur de la boîte noire", espérant cette réponse pourrie me laisse tranquille. Mais je fus surpris d'entendre de retour :
"C'est exactement comme je le voulais !"
Et voilà comment je fis la connaissance du petit printf.

Chapitre 3

J'ai rapidement fait un tour sur le portefolio de ce petit bonhomme. Ses dépôts ne sont que de petits programmes, des pages web simples avec des formulaires, des utilitaires en ligne de commande triviales. Ils étaient peu spectaculaires, venaient rapidement à la vie, et disparaîtraient aussitôt.
Puis à un moment donné, il a commencé à travailler sur un programme plus vaste, qui a utilisé plusieurs modules. Il fallait des sockets, accéder au disque, parler à une base de données réelle. Quand il l'a compilé et fait tourner correctement, le petit printf a été émerveillé. Mais le programme n'a pas encore assez.
Il fallait refactoriser, de meilleurs tests, de la documentation, de la vérification et de l'analyse. Le programme marchait pendant un certain temps, et un matin, il crasha.
Et il est crasha encore et encore.
Les configurations étaient mauvaises, les journaux ne se recyclaient pas, le disque avait une vitesse imprévisible, le réseau avait le hoquet, les bugs défilaient, les encodages étaient confondus, la base de données avait besoin de nettoyage, les transactions se suspendaient, les certificats expiraient, les vulnérabilités continuaient à venir, et les mesures restaient silencieuses.

ça n'arrêtait pas de faire des spaghetti.
Il m'a dit : le fait est que je ne sais rien ! J'aurai du concevoir selon mes besoins. J'ai eu la prétention de vouloir écrire un système perfectionné, et j'ai passé tellement de temps à le réparer, ça a annulé le temps qu'il était censé me faire gagner. J'aurais dû savoir que c'était trop beau pour marcher vraiment.
Un matin, il décide de quitter son bureau. "Au revoir" dit-il à une faible lueur qui semblait s'être éteinte. Il est parti pour voir ce que le monde du logiciel avait à offrir en dehors de son petit serveur salissant.
Les journaux continuaient à s'accumuler, jusqu'à ce que le disque dur ne puisse plus en ajouter.

Chapitre 4


Il vint à un espace de travail, à la recherche de développeurs expérimentés de qui obtenir des conseils et de l'aide. Le premier qu'il a rencontré était un ingénieur senior très fier qui semblait se sentir plutôt supérieur.

"Ah, voici un apprenant ! Bienvenue dans mon domaine, dont je suis l'expert" at-il dit. "Un expert?" Demanda le petit printf. Est- ce que cela signifie que vous pouvez programmer quoi que ce soit avec tous les langages ?" "Oui!" répondit l'expert. Il a ajouté "Enfin presque ; Je programme uniquement les programmes qui valent le coup de les programmer. Je ne perds pas mon temps sur des futilités. Il est de nombreux programmes que je n'ai jamais écrit, mais je pourrais le faire avec toute la facilité dans le monde." "Ah, pourriez-vous m' aider avec mon système?" Dit le petit printf qui commença à présenter son entreprise, l' expert du domaine l'interrompit : "Je suis désolé, mais je ne vois vraiment pas l'intérêt de le faire." "Pourquoi pas?" "L'expérience. Je suis bon à la programmation des choses que je programme, et je programme des choses pour lesquelles je suis bon. En améliorant cet ensemble assez restreint de choses pour lesquelles je suis déjà bon, je fais en sorte d'être plus précieux que jamais dans ce domaine. Appelez ça la sécurité d'emploi, la survie du plus fort, mais voilà comment je marche."
"Et pourquoi vous ne pouvez pas m'aider?"
"Eh bien, vous voyez, en prenant mon temps avec vous, signifie que je me détourne de mon auto-investissement important pour faire avancer les progrès réalisés par d'autres - ce qui est une stratégie perdante pour moi. La meilleure façon d'apprendre pour toi est la façon dont je m'y suis pris: lutter très dur et comprendre par soi-même. Ca te forgera le caractère."
"Cela ne semble pas très efficace..."
"Eh bien, tu peux aller à l'école et apprendre, ou tu peux apprendre par toi même. Vraiment ce qu'il faut pour distinguer les des mauvaises herbes des autres c'est de virer les paresseux qui veulent juste que ça soit facile, tout ce qu'il faut c'est faire en sorte que ceux qui restent ici sont ceux qui le méritent vraiment. Le moment où nous laissons les glandeurs entrer, la valeur même du travail que je produis s'amoindrit."
"Ne pensez-vous pas la coopération ou collègues pourrait vous aider?"
"Pas vraiment. Je travaille mieux lorsqu'on me laisse seul loin des distractions. Chaque fois que je suis forcé de travailler avec les autres, il est presque impossible de faire marcher le tout ensemble. Je finis, exaspéré, par prendre leur travail et le réécrire en grande partie d'une façon plus saine; puis il fonctionne bien."
Le petit printf a été surpris de rencontrer un expert qui semblait si désintéressée d'aider les autres, tout en étant si contrarié par leur manque apparent de compétence. Il était un peu triste que cet homme dont l'étroite vision de lui-même le réduisait au seul domaine qu'il connaissait, au point où il ne fait rien d'autre que créer des problèmes qu'il devrait lui-même réparer!
"Je vois... eh bien je suppose que je suis heureux que vous ne me donnerez pas votre aide", dit mon petit ami
"Que voulez-vous dire?" demanda l'homme méritocratique, dont la valeur semblait soudainement déclassé. Vous ne pensez pas le travail que je fais est intéressant ?
"Oh si. Il semble juste comme vous me voyez comme un obstacle et une gêne plus que toute autre chose, et ce que je cherche de l'aide, et non pas l'affliction."
Et le petit printf sortit rapidement, laissant l'expert se rendre compte qu'il avait fait de lui-même un intouchable à plus d'un titre que concernant uniquement sa sécurité d'emploi.

Chapitre 5


Sur son chemin, le petit printf est allé en face de la porte d'un bureau occupé par un homme entouré de livres à la couverture rigide et épaisse, avec des images géniales sur la couverture comme des sorciers et des dragons et des fractales et des modèles mathématiques.
"-Jolis livres, monsieur," dit printf
"-Merci. Je pense qu'ils sont un matériau essentiel pour les programmeurs. Si vous ne les avez pas, vous n'êtes pas vraiment un pro"
"-Je suppose que je ne suis pas un pro alors", dit le petit printf.
"-Lequel est votre préféré?"
"-Oh, eh bien je n'ai pas lu la plupart d'entre eux."
"-N'êtes-vous pas un bon programmeur alors?"
"-Non, je ne suis pas." Le développeur ajouta fièrement: "En fait, je suis un programmeur affreusement mauvais."
"C'est une honte, dit le petit printf, qui a continué: Personnellement je m'améliore.
-Avez-vous entendu parler de l'effet Dunning-Kruger ?, demanda l'homme.
-Non c'est quoi?
-C'est une question de biais cognitif. Cet effet dit essentiellement que les gens qui sont moins compétents ont tendance à surestimer leurs qualifications, et les gens qui sont compétents ont tendance à sous-estimer systématiquement les leurs.
-Donc, si je pense que je suis bon, je ne suis probablement pas bon.
-Oui exactement. Vous êtes probablement mauvais. D'autre part, je dis ouvertement que je suis un programmeur horrible. Mais selon Dunning-Kruger, je vais probablement me sous-estimer, et cela fait de moi un bon développeur, ne voyez-vous pas?
-J'imagine?
-En effet, l'auto-dévalorisation est un outil essentiel du développeur. Le moment où vous sentez que vous êtes bon, vous allez vous détendre et arrêter l'amélioration.
-Est-ce que cela signifie pas que le moment vous vous sentez être bon vous-même, vous êtes en route vers l'échec et alors vous devriez vous sentir mal?
-Oui. Mais le chemin à parcourir à ce sujet est de dire que tout est terrible, même si vous avez pas de solutions à offrir. De cette façon, vous avez l'air intelligent, même si vous n'avez pas grand chose à apporter.
-Que voulez-vous dire?
-Disons que je me ballade sur le net que que je tombe sur un projet que je n'aime pas. L'astuce est de souligner tout ce qui ne va pas, sans donner plus d'informations que cela. Vous pouvez aussi faire subtilement remarquer que les façons dont la personne qui a fait la chose est un idiot sans problème.
-Et comment s'améliore-t-on avec cela?
-Eh bien, j'aime à penser qu'ils sont meilleurs en sachant qu'ils sont sur la mauvaise voie, et je suis un bienfaiteur pour eux de le leur montrer. C'est un peu de fumée et des miroirs. Personne ne sait ce qu'il fait, mais cette façon, il semble que moi je sais ce que je fais.
-Et qu'est ce qui se passe quand on vous demande de l'aide et que vous ne pouvez rien faire à ce sujet?
-Voilà où vous pouvez revenir à dire tout est pourri; que vous auriez plein de coupes franches à faire, qu'il faudrait améliorer d'autres choses, tout en étant bien pessimiste. Ils sont livrés à eux-mêmes.
-Donc, c'est juste une posture? Vous jouez un personnage pour faire votre chemin et esquiver ? Vous êtes la personne qui prétend être incompétent sur des choses qu'ils savent, ce qui rend les gens qui ne savent vraiment rien à se sentir encore pire, et vous êtes la personne qui prétend être compétent à des choses que vous ne savez pas, de sorte que les gens qui essaient de s'y améliorer aussi se sentent mal.
-Dans tous les cas, la compétence a très peu à voir avec tout cela. La réputation est très important cependant. Les gens embauchent des amis, et les personnes qui ne sont pas aimé et get non essentiels se font virer en premier; essayez de changer le système et vous devenez détesté. Tout est un jeu très social. C'est comme ça que ça fonctionne dans l'industrie, et probablement dans le milieu universitaire aussi, bien que je ne sais pas? Tout est une question de qui vous connaissez, il faut savoir vous vendre, et faire connaître votre marque personnelle vous savez? Voilà comment vous obtenez des emplois dans ce buisness.
-Si cela est la façon dont les choses sont et que vous devez vous sentir mal et de faire en sorte que d'autres se sentent mal lorsqu'ils font bien les choses, peut-être que je ne veux pas un emploi dans ce buisness, dit le petit printf, avant de sortir.

Chapitre 6


Pendant le temps qui aurait été la pause déjeuner, Printf interrompu une personne qui avait apparemment oublié de manger, regardant un sandwich devenir de plus en plus froid à côté d'elle, assis à son bureau et en regardant leur écran. Cela semblait être une personne très occupée qui savait ce qu'elle faisait.
Printf demande: "Si une base de données primaire peut crasher, la suivante peut elle échouer aussi? -Tout ce que vous avez, dit la personne, peut et va échouer tôt ou tard. -Même les choses qui vous disent des choses ont échoué? -Oui, même ceux-ci. Tous les grands systèmes sont dans un état d'échec partiel à un moment donné. -Mais, à quoi bon essayer de faire des systèmes fiables alors? -La personne ne savait pas, à ce moment là, qu'elle essayait de répondre à une page (pour éviter que le ciel ne lui tombe sur la tête en raison d'un cloud brisé) qui lui demandait la même chose. -Donc, rendre les systèmes fiables, pour quoi faire? appuya à nouveau le petit printf. énervé, car la personne avait affaire à un problème de production, avec ce gamin qui ne voulait pas le lâcher et un sandwich qui allait se perdre, la personne avec impatience balança: -C'est complètmeent inutile. Toute programmation est de la merde de toute façons. -oh !", s'étonna-t-il.
Puis il y eut un moment de silence complet. Le petit gars a répondu, avec un soupçon de ressentiment: "Je ne vous crois pas. Les programmes sont fragiles, mais les programmeurs peuvent faire de bons efforts et améliorer les choses, et les rendre utiles." Aucune réponse est revenue. À ce stade, la personne avait ouvert le document expliquant comment démarrer une nouvelle copie de l'ensemble du cluster à partir de zéro, et les choses semblaient aller de mal en pis. "Et vous croyez vraiment que les bons progr-" -Oh non!" s'écria la personne. "Non non Non! Je ne crois pas à de bons programmes ou fiables! Plus maintenant! Ils sont tous dégueulasses! Je viens de vous dire la première chose qui vient à ma tête parce que je fais face à un de ces systèmes de merde en ce moment. Ne voyez-vous pas que je suis en train de tenter de garder en vie ce genre de choses? Cette merde est en fait de la conséquence. Printf regarda ailleurs, avec une expression choquée. "En fait, des conséquences? Vous parlez comme un «vrai programmeur»." Il a ajouté: "Vous mélangez tout, vous confondez tout. Il y a eu des millions de programmes, et pour les années qu'ils ont été en cours d'exécution ils meurent tous de la même manière. Et les gens les ont utilisés et en ont eu besoin. Et je connais certains programmes qui fonctionnent nulle part, sauf sur un seul ordinateur portable, et en une seule erreur pourrait détruire des communautés entières, sans même que personne ne le remarque. Et vous pensez que cela n'a pas d'importance?" La personne resta silencieuse.

Chapitre 7

Le quatrième espace de travail de mon ami visita avait un homme dont l'ordinateur a été couvert de tant d'autocollants que personne ne pouvait dire quelle marque il était. "moteur-mvc, quadrangulaire JS, GoQuery, cometeor, quelque chose sonnant japonais,..." "-Salut, l'interrompit printf. Qu'est-ce que tu fais?" "Alchimiste, bongodb, mochascript, walktime.js, portasql,...," l'homme poursuivit. "Que fais-tu ?," demanda-t-il à nouveau, plus fort cette fois. "Oh, je suis en train d'essayer de nouveaux frameworks, des outils, des bases de données, les langues.
-Whoa, vous semblez aller vite, peut-être aussi vite que 10 programmeurs mis ensemble! -Oui! Enfin, l'industrie se déplace aussi très vite !"
il regarda son téléphone pour une seconde, et il a ajouté " Voilà! le framework de cardboard.io a sorti sa version 3.5 qui a brisé la compatibilité avec la 3.4 et cela a abouti à 4 fourchettes dans la communauté! Je dois les essayer tous de savoir lequel choisir!
-et que faites-vous à apprendre tout cela?
-Je suis un des premiers. Si vous ne restez pas à jour, vous restez coincé à écrire du COBOL ou du MUMPS pour vivre. Vous voulez trouver la prochaine grande chose, et surfer sur la vague vers le haut!
-ça a déjà fonctionné?
-Oh oui! J'ai appris Rails avant qu'il ne soit grand, et j'ai compris node.js avant qu'il soit connu, et j'étais sur les premières bêta de Redis, MongoDB et Riak! J'étais le premier à utiliser Vagrant et je nous ai fait passer à Docker mais bien sûr, maintenant le truc ce sont les Unikernels..
-Cool, et toutes ces choses où vous étiez à l'avant-garde, ça a payé?
-oh non; Le temps que Rails devienne énorme j'étais passé à la prochaine grande chose, donc je ne me suis pas retrouvé hors du coup. De même, pour les autres. Il me reste de l'espoir pour les unikernels cependant
-Je vois, ajouta le petit printf, pensif. Quels problèmes avez-vous résolu avec tous ces frameworks alors?
Oh, je fais en sorte que nous n'utilisons pas quelque chose qui ne va pas être grand, de sorte que cette société n'aille pas de miser sur des technologies qui n'ont aucun avenir. C'est un travail très important, parce que si vous ne faites pas cela, vous ne pouvez pas trouver quelqu'un à embaucher en dehors de vieilles barbes grises du fond des âges passés, et que vous voulez fonceurs auto-motivés, qui sont aussi les premiers à adopter les nouvelles technos, dit l'homme. -C'est drôle, renchérit notre ami.
-C'est très dur! dans le monde des startups, si vous voulez des joueurs alphas, vous avez besoin d'une bonne technologie pour les mettre en appétit! Sinon, vous êtes coincé avec les retardataires inflexibles. Personne ne veut être un retardataire inflexible.
-Le petit printf intervint: Non, ce n'est pas ce que je veux dire." et il ajoute ensuite "ce que je veux dire, il est drôle que les outils sont destinés à résoudre des problèmes pour nous, mais pour vous, les outils eux-mêmes sont devenus un problème."
Et tandis que l'homme se tenait là en silence (sur son nouveau bureau à roulettes trop cool), le petit printf se dirigea hors de la salle.

Chapitre 8


Dans le bureau d'à côté se trouvait un employé fatigué, avec des dizaines de tasses à café vides, recroquevillée sur ton clavier, à taper avec énervement.
"Salut, dit le petit printf."
La femme n'a pas arrêté ce qu'elle faisait. Elle a continué à taper furieusement.
"Bonjour?" demanda-t-il à nouveau.
La femme s'arrêta d'un coup, pris un flacon d'un tiroir dans son bureau, et a pris une gorgée.
"J'ai un travail terrible, dit-elle. Je fais DevOps. ça avait bien commencé, la plupart du temps je développais et puis parfois je debuguais des choses, mais plus le temps passait, plus à a a empiré. J'ai commencé à lutter contre les incendies dans notre pile, puis plus d'incendies ont commencé à se produire. Je me suis débarrassé de la plupart d'entre eux, tirant de petits miracles ici et là pour ensuite respecter les délais de dev sur des choses que je devais aussi faire en plus.
-Et ont-ils embauché quelqu'un pour aider?
-Non, c'est ça le truc. Les petits feux continuent de se produire ici et là, et en raison du temps que je prends pour les combattre, je ne peux pas être aussi prudente qu' avant avec le dev, donc je crée plus de feux tout le temps. Maintenant, je lutte contre les incendies toute la journée et toute la nuit et je déteste mon travail. -Pourquoi votre employeur ne fait pas quelque chose?
-Je suis douée à faire mon travail, et je suis parvenu à garder les choses sous contrôle assez longtemps que tout le monde s'y soit habitué. Lorsque vous prenez l'habitude de petits miracles, les gens sont habitués. Ensuite, vous êtes coincé à faire des miracles tout le temps ou ils vont penser que vous ne faites pas votre travail du tout.
-Cela semble très triste
-ça l'est; et parce que vous êtes la personne la plus familière avec ces feux, vous obtenez seulement de travailler sur eux de plus en plus, jusqu'à ce que votre employeur embauche quelqu'un d'autre pour couvrir votre ancien emploi, celui que vous aimiez. Si vous vous souciez assez dur sur votre travail pour être celui qui fait les choses que tout le monde déteste, on vous remerciera en vous donnant de plus en plus de ce travail qui ne vous plaît pas, jusqu'à ce que ce soit tout ce que vous faites. Et puis il n'y a plus rien pour vous plaire dans votre job.
-Alors, vous êtes malchanceuse," dit le petit printf.
Et son pager sonna encore.
"Cette femme," dit le petit printf à lui-même, en continuant plus loin son voyage, "cette femme serait méprisée par tous les autres: par l'expert spécialisé, par le développeur de rockstar, par l'adoptant premier. Néanmoins, elle est la seule d'entre eux tous à sembler utile. Peut-être est parce qu'elle pense à autre chose qu'à elle-même.

Chapitre 9

A l'angle du bâtiment, printf trouvé un grand bureau avec de grandes fenêtres donnant une vue imprenable sur la région. Dedans, est assis un vieux monsieur avec des rames de documentation sur son bureau.
"Ah, voici un développeur!" s'écria l'homme, alors que printf se tenait à la porte. "Entrez!" En regardant à travers les fenêtres, le petit printf a remarqué qu'ils étaient pleins d'écriture. Avec l'aide d'un stylo effaçable à sec, la vue sur le monde extérieur a été masqué par des tonnes de cercles, des flèches, des cylindres, et les nuages. Alors qu'il était curieux les nuages ​​de l'homme nécessaire tirées où les vrais pouvaient être vus à l'extérieur, tout l'ensemble était plus intrigant.
"Qu'est-ce que c'est ?," demanda notre ami, en montrant les fenêtres.
"Oh ça? Ceci est notre système de production!" Dit l'homme, en pensant non pas une seule fois que la question portait sur le monde extérieur. "Je suis un architecte logiciel.
-Qu'est-ce qu'un architecte logiciel?
-La plupart du temps, il est quelqu'un qui sait comment structurer au mieux et coordonne les composants d'un grand système pour que tout aille bien ensemble. Il est quelqu'un qui doit connaître les bases de données, des langages, des framewords, des éditeurs de code, des formats de sérialisation, des protocoles et des concepts tels que l'encapsulation et la séparation des préoccupations.
-Très intéressant! dit le petit printf, voici quelqu'un qui peut répondre à toutes mes questions! Il regarda les diagrammes d'architecture. Votre système est très impressionnant. Est-il très rapide à fonctionner?
-Je ne pouvais pas vous dire, dit l'architecte. ça doit être le cas, je pense. -Comment est le code alors, est-il bon?
-Je ne pouvais pas vous dire
-les utilisateurs sont-ils heureux?
-Je ne pouvais pas vous dire non plus, je crains
-Mais vous êtes un architecte logiciel!
-Exactement! Mais je ne suis pas un développeur. Ce n'est pas l'architecte qui va et écrit les modules et les classes, combine les bibliothèques. L'architecte logiciel est beaucoup trop important pour aller toucher au code. Mais il parle avec les programmeurs et les développeurs, leur pose des questions, leur donne des conseils. Et si le problème se trouve être assez intéressant, l'architecte prend en charge la planification.
-Et pourquoi ça?
-Parce que nous sommes plus expérimentés. Nous en savons plus sur les systèmes et ce qui fonctionne ou non. Les développeurs peuvent alors être une extension de nos connaissances pour produire de grands systèmes!
-Mais comment savez-vous si les choses vont bien sans s'impliquer avec le code?
-Nous faisons confiance aux développeurs
-Donc, vous leur faites confiance pour mettre en œuvre vos idées correctement, mais pas assez pour venir avec leurs propres idées?"
L'architecte logiciel était visiblement ébranlé par ce commentaire. "Je suppose que je pourrais avoir été un peu déconnecté," il a finalement admis. "Le problème est que, après un certain temps, vous êtes invité à travailler avec des idées tellement vous ne disposez pas d'un bon moyen de les faire tester ou vérifier..." Il baissa les yeux, pensif. "Parfois, un architecte logiciel ne fait ni logiciel, ni architecture, on dirait."
Le petit printf a quitté la salle, ayant terminé de sa visite, il quitta le bâtiment.

Chapitre 10

le petit printf, une fois à l'extérieur, a rencontré un homme collectant de l'argent pour la charité.
"Salut, dit l'homme. Que diriez vous d'aider quelqu'un aujourd'hui?
-ça m'aiderait sans doute à me faire sentir mieux, répondit printf. Je suis allé dans ce bureau toute la journée, et maintenant je suis plus confus que jamais.
-Ah, je vois. Ces personnes sont tous les développeurs. Ils ne sont pas vraiment utiles, n'est-ce pas? Ce qu'ils aiment à dire est qu'ils changent le monde, et ils ont pas mal réussir à à le faire, en fait.
-Pourquoi est ce que je me sens si gêné, alors? questionna le petit printf.
-Eh bien, le meilleur qu'ils font est souvent d'aider à convertir les emplois de certaines personnes dans des programmes, ou de rendre les loisirs de tout le monde plus tranquilles.
Le logiciel est en train de manger le monde et de lui faire changer de visage, c'est certain... mais au fond, c'est le même vieux monde, avec un visage mutilé. La raison pour laquelle on se sent gêné est que le changement de cette façon ne veut pas dire les choses deviennent mieux. Nous avons les mêmes défauts et les problèmes que nous avons toujours eu, les mêmes trous à combler à l'intérieur.
-Alors, comment puis-je me sentir mieux?" le petit printf était visiblement anxieux.
L'homme a pensé pendant un certain temps, et a offert printf à venir l'aider à aider les autres, car c'était la façon que cet homme avait de se sentir mieux. Au cours de l'après-midi, printf raconta à l'homme ses problèmes et son aventure. Après un long silence, l'homme dit:
"Les jeux que les gens jouent, les rôles et les réputations qu'ils poursuivent et entretiennent, le plaisir éphémère qu'ils tirent de la résolution de problèmes complexes, c'est amusant pendant un certain temps. En fin de compte, si vous ne résolvez pas quelque chose de valable, si vous oubliez les personnes impliquées, ça ne va jamais être vraiment satisfaisant.
Et cela peut être très bien, ou ça pourrait ne pas l'être, et vous pouvez ou ne pouvez pas obtenir cela par ailleurs que sur votre lieu de travail quand vous grandissez. Le travail peut être un travail; il peut être pour l'argent, il peut être pour le plaisir. C'est bon. Tant que vous parvenez à obtenir de l'accomplissement quelque part dans votre vie. À la fin cependant, il est seulement quand vous résoudre les problèmes avec un visage humain que vous pouvez vraiment sentir bien; Ce qui est essentiel est invisible pour l'ordinateur.
C' est le temps que vous avez passé sur votre système qui le rend si important », l'homme a ajouté," et quand vous avez perdu de vue pourquoi il était logique de passer du temps là-dessus, quand il est devenu un jeu d'orgueil, alors il a causé plus de douleur que de soulagement.
Les développeurs ont souvent oublié cette vérité; Si vous perdez de vue des choses, travailler sur votre système devient son propre problème, et la solution la plus efficace est de se débarrasser du système, étant donné qu'il est le problème."
"C'est seulement quand vous résolvez les problèmes avec un visage humain que vous pouvez sentir vraiment bien", répéta le petit printf à lui-même, de sorte qu'il s'en souvienne.

Chapitre 11


Printf, qui est maintenant assis juste en face de moi, est sur le chemin du retour. Parler avec lui m'a fait réaliser à quel point ce que je fais m'éloigne ce que je voulais, ce pour quoi j'ai commencé à programmer. Chacune des personnes que le petit Printf a rencontré sont les rôles que je me vois prendre moi-même un jour ou l'autre au fil du temps. J'ai été encouragé par eux pour devenir comme eux, et j'ai probablement encouragé des gens à faire la même chose.
Lorsque je me suis lancé dans le jeu d'essayer de devenir un véritable programmeur, Printf ne l'a pas fait. Il a dit qu'il était correct de ne pas être un vrai programmeur, qu'il préférait être un programmeur avec un visage humain.
Aujourd'hui, je suis coincé dans la situation où je regarde en arrière, je dois comprendre si je peux, aussi, devenir un programmeur avec un visage humain ; ou si tout ce que je fais est juste un emploi. Il ne semble pas y avoir tellement de choses qui vaille la peine entre-deux.
En tous les cas, là où printf a estimé qu'il n'a pas besoin d'être un vrai programmeur, je pense que je ressens la même chose maintenant.

gulpifie ton prestashop

<p>Vous êtes dev front end et aimeriez avoir du livereload quand vous bossez sur un thème prestashop? Gulpifiez votre prestashop! &nbsp;(ou en fait non, fuyez tant qu'il en est encore temps)</p> <p>dans votre terminal favori, dans la racine de votre projet prestashop faites ceci: Installons localement gulp et browser-sync avec node package manager:</p> <p>&nbsp;npm i --save-dev gulp browser-sync</p> <p>ça mouline quelques temps, ensuite créez un fichier Gulpfile.js toujours à la racine de votre projet et remplissez le de ceci:</p> <pre><code>/**

gulpify script of tykayn
https://github.com/tykayn/blog.artlemoine.com
http://artlemoine.com
to run this you need bash to install dependencies:
npm i -D gulp browser-sync --save-dev;
gulp
**/

var serverName = 'latrotteuse.lan'; // you NEED to have a vhost of this name setup var gulp = require('gulp'); var browserSync = require('browser-sync');

// Static server. gulp.task('browser-sync', function () {

   // init server
   browserSync.init({
       proxy: serverName + "/"
   });
   // the server will automatically reload on change
   var filesToWatch = ["themes/**/*.tpl",
       "themes/**/*.js",
       "themes/**/*.css",
       "themes/**/*.html",
       "src/**/*.php"];
   gulp.watch(filesToWatch)
     .on('change', browserSync.reload);

});

gulp.task('default', 'browser-sync'); </code></pre> il vous faudra définir un virtual host pour que ça fonctionne. on a donc un fichier minimal, avec une tâche par défaut qui lance un serveur web local sur le port 3000 et qui recharge le browser à la modification d'un fichier dans le répertoire de thèmes. wouala, enjoyez!&lt;/span&gt; &lt;/pre&gt;</p>

Amélioration continue de l'équipe


Une équipe qui gagne ça ne tombe pas du ciel.


Avez vous déjà essayé l'amélioration continue dans votre équipe?

Car vous aurez beau vous investir dans les méthodes les plus récentes, les outils les plus révolutionnaires,

cela ne donnera pas plus de résultat si vous avez une équipe qui ne cherche pas à s'améliorer à tous les niveaux. Vous faites probablement des erreurs dans votre façon de gérer un projet et ce n'est pas sale, ton corps change.

Faites de la veille


Ne restez pas la tête dans le guidon. Prenez le temps de réfléchir à ce qu'il faut faire et ne réfléchissez pas tout le temps tout seul. Soyez curieux de la façon dont d'autres personnes procèdent. Déplacez vous, posez des questions, apprenez à écouter et à ne rien dire. Il nous faut quelques années pour apprendre à parler, et toute une vie pour savoir nous taire.

Tant au niveau des personnes qui dirigent les opérations qu'au niveau de celles qui mettent les mains dans le cambouis. Cela semble évident, et pourant de nombreux chouettes projets se retrouvent à traîner et à dégouter ses participants pour cause de ce que l'on pourrait appeler un management pourri.

Soyez un meilleur humain


C'est le cas lorsque les opérants se démotivent rapidement, se sentent pris pour du bétail et quittent les projets sans laisser de trace. C'est aussi le cas lorsque l'on ne fait que de gueuler pour se faire entendre et que toutes les choses à faire sont super urgentes sans que l'on sache dire de quoi il faudrait s'occuper en premier.

Travailler dans une ambiance pourrie, avec des collègues pénibles, sans jamais s'y retrouver dans qui fait quoi sous une pression énorme de petits chefs qui se croient plus importants que le reste du monde est un calvaire. Personne ne veut travailler dans ces conditions.

Aussi, il est vital, et je dis bien vital, de mettre en place un moyen d'avoir un regard éloigné sur ce que l'on a fait en équipe, et de pouvoir échanger librement de façon constructive. Ne travaillez jamais avec des gens qui ne reconnaissent pas leurs erreurs ou qui ne souhaitent pas sincèrement faire mieux. On ne fait de la qualité à hauteur de la souffrance que l'on met dans son travail.

Il vous suffit de vous demander "est ce que je fais mieux mon boulot maintenant que l'an dernier?".

"bah j'ai toujours été trop bon, et puis je me suis jamais trompé de ma vie, c'est bien simple, ce sont toujours les autres qui ont tort, cette bande d'incompétents!" Si la réponse ressemble à ça, je plains sincèrement vos collègues. Mais ce n'est pas forcément de votre faute, et tout n'est pas perdu! :)

Dans certains environnements de travail on met en place une procédure vachement efficace: les retours d'expérience (REX). Des réunions mensuelles où toute l'équipe est conviée à se regrouper autour d'une table (en face à face) et à écrire sur un post-it (ou autre chose) un point positif, et un point négatif axe d'amélioration sur ce qui a été fait depuis le dernier REX. Une fois que tout le monde a écrit, on va demander à chaque personne de nous parler une ou deux minutes maximum sur les sujets de ce qu'elle a écrit. Il convient de laisser s'exprimer chaque personne sans lui couper la parole, et en ne faisant aucune remarque, même si vous êtes en désaccord avec celle ci ou que le sujet vous parait évident.

La prise de parole n'est pas réservée qu'aux dieux du projet

ça n'a l'air de rien, mais cela représente un défi insurmontable pour certains. Vous aurez sans doute remarqué que dans toutes les équipes où vous avez participé à un projet, tout le monde n'a pas la même aisance à s'exprimer. Certains présentent des difficultés à formuler des phrases simples et claires pour donner leur avis, ou tout simplement pour dire ce qu'ils ont fait.

Rien n'est évident


Beaucoup ne se sentent pas légitimes dans leur prise de parole. Il est essentiel que tout le monde dans votre équipe sache qu'il est invité à s'exprimer aussi bien sur ce qu'il trouve bien que sur ce qu'il trouve mauvais et qui mériterait amélioration.

Cette méthode simple à mettre en place permet plusieurs choses extrêmement bénéfiques:

On peut distinguer les choses qui déplaisent à plusieurs personnes.
On peut réfléchir à plusieurs à comment améliorer les choses, se partager des astuces.
On est tous au courant de ce qui pose problème, comme ça il y a moins de chances que l'on soit indéfiniement redirigé vers un responsable qui sera toujours quelqu'un d'autre.
La courte (et à peu près égale) durée de parole nous oblige à synthétiser pour éviter de faire perdre du temps à tout le monde.
On est pas tout seul dans son coin si on a besoin de savoir quelque chose.
On facilite la spontanéité des échanges. On s'engage activement à s'améliorer.

Il suffit d'essayer.

Gestion de projet

(image de chez Hteumeuleu)
Vous avez sans doute réalisé quelques projets et réalisé la déconvenue qu'entraîne une gestion de projet inexistante quand la bise fut venue. Voici donc une série de posts sur mon expérience de la gestion de projets web de plusieurs mois en petites équipes jusqu’a une quinzaine de personnes, applicable également à d’autres domaines que le web comme par example la publication de livres collectifs auto édités auquel j'ai pu contribuer dans une équipe entre ving et trente contributeurs.

Causes générales de retard dans un projet

Un projet s’étire dans le temps bien souvent pour ces raisons:

  • des réponses trop lentes entre les parties, client et autres équipes sans cesse en congés.
  • des personnes incapables de se débrouiller seules un minimum.
  • deux personnes ont travaillé sur la même chose sans le savoir et se marchent sur les pieds.
  • on ne sait pas à qui s’adresser ni ce dont nos collègues s’occupent.
  • le présentéisme tuant la productivité et la motivation des troupes en leur faisant croire que rester longtemps sur son lieu de travail (et donc ne plus avoir de vie privée ou de sommeil) est une bonne chose.
  • les membres n’ont pas les informations dont ils ont besoin pour travailler.
  • rester avec des pratiques dépassées de plusieurs années.
  • empêcher les gens de travailler pour des raisons de politiques d’entreprise.
  • n’avoir aucune formation aux outils utilisés, ou ne pas avoir d’outils mis en place pour faire gagner du temps.
  • pas de tests automatisés. Vous n’avez donc aucune idée de ce que les dernières modifications impactent dans le reste du code.
  • pas de retour utilisateur. Vous ne pouvez donc pas deviner que ce que vous trouviez très joli est en fait un frein à l’utilisabilité de votre site en plus d’énerver ses utilisateurs.
  • un réseau pourri qui vous empêche de transmettre de gros fichiers en un clin d’oeil
  • du matériel trop vieux pour travailler sans attendre qu’il réagisse. Si vous radinez sur le matériel, vous le paierez en rallongeant le temps que prendra le projet, ce qui coûte en général bien plus cher.
  • pas de backups ni de gestion de version, au moindre disque dur qui meurt vous perdez des semaines de travail.
  • des mises en production peu fréquentes.
  • des boites noires avec lequelles on doit interagir mais dont on a aucun moyen de deviner le fonctionnement.
  • des priorités indéfinies ou incorrectes, un mauvais ordre des tâches.
  • des tâches trop grosses ou trop vagues pour savoir par où commencer, il faut les découper en des étapes bien plus petites.
  • n’avoir aucune vue d’ensemble de l’avancement du projet.
  • croire que tout est urgent, c’est manquer cruellement de discernement.
  • la documentation laisse à désirer, le code n’est pas commenté.
  • on ne retrouve pas des infos que l’on cherche
  • des estimations à trop long terme, ne prévoyez que pour la semaine en cours.
  • l’illusion que l’on peut tout prévoir et que tout se passera sans la moindre difficulté ou changement de cap.
  • accepter toutes les modifications demandées par le client parce qu’on ne veut pas dire non, et vouloir donc faire davantage de boulot dans le même délai.

Nous allons voir plus en détail comment résoudre ces problèmes courants dans les posts suivants.

Et bonne nanée 2016!

twig et angular

twig utilise des marquerus en double accolade, angular aussi dans ses templates. SI on veut éviter de se marcher sur les pieds et de voir ses instructions de template angular mangées par celles de twig (car évaluées avant que le js n'y ait accès), il existe deux méthodes courantes: entourer les instructions angular de balise twig "verbatim" afin qu'elles ne soient pas interprêtées, ce qui rallonge considérablement le code des templates en plus d'être assez laid. 

{% verbatim %}
    {{ monExpressionAngular }}
{% verbatim %}

ou bien on peut changer les marqueurs d'expressions angular dans la config de notre app. Par example, utiliser des double parenthèses. mon clavier azerty préfère, car cela évite de faire deux boutons pour un caractère. Pour cela, dans l'instanciation de votre app angular, dans la config, mettez le service $interpolateProvider et définissez lui ses symboles de début et de fin comme ceci:

(function () {

    window.tykaynApp = angular.module('tykaynApp', [])
        .config(['$interpolateProvider', function ($interpolateProvider) {
            $interpolateProvider.startSymbol('((');
            $interpolateProvider.endSymbol('))');
        }])
    ;

})();

Ainsi vous aurez la possibilité de faire vos expressions angular dans twig avec des double parenthèses. (Sans oublier de définir ng-app et ng-controller dans votre template)

    (( monExpressionAngular ))

convertir les fichiers de config de symfony2 facilement

un site bien sympa nommé __Symfony2 Service Config Converter__ permet de convertir du code au format .yml en .php , en .ini, en .xml
Rosstuck le donne aussi en bundle sur github afin de l'intégrer à vos commandes perso symfony2.

https://github.com/rosstuck/TuckConverterBundle Essayez, c'est marvellous pour faire correspondre une config de tuto à vos besoins!

2 degrés avant la fin du monde

il suffit

ilsufi.jpg C'est le roi d'Hayroule qui le dit, il suffit! (pour les 99% de gens normaux qui lisent ce blog, Kimsufi est une filiale d'OVH)

développez le commerce localhost

commerce_localhost.jpg

inspirer les femmes à prendre les postes qui façonnent le monde

Debbie Sterling, dans sa conférence TED souhaite expliquer au femmes les enjeux dans les métiers de l'ingénierie et raconte pourquoi les femmes sont encore bien trop mises à l'écart des corps de métier.

Fermez les yeux quelques secondes, et imaginez un ingénieur. à quoi ça ressemble ?
Vous n'étiez probablement pas en train de visualiser une personne comme Debbie Sterling. Elle est une jeune entrepreneuse, ingénieur, et fondatrice de GoldieBox, une compagnie de jouets pour inspirer la génération prochaine de femmes ingénieurs. Elle a fait sa grande quête au quotidien que de réduire l'écart des genres dans les sciences, la technologie, l'ingénierie et les maths. là ou le commerce traditionnel conserve une fracture nette entre les jouets pour garçons et pour filles, Debbie propose une alternative pour développer la curiosité des petites et des grandes femmes envers des occupations plus variées que celles que l'on connaît. Les jouets de son entreprise rencontrent un franc succès et de nombreuses petites filles ont maintenant le choix de jouer à autre chose qu'à maternet un bébé en plastique, se préparer à faire le ménage ou à la dinette. Très tôt on décourage les femmes à s'approprier des postes aux enjeux les plus cruciaux dans notre société, on nous ressasse sans cesse que résoudre des problèmes est un truc de mec, et qu'il est normal que les femmes soient mauvaises à des tâches rigoureuses, demandant de la logique. Rien n'est plus faux, et se passer de la moitié de la population à de tels postes n'améliore en rien le conditionnement d'infériorisation des femmes. Cette prise de pouvoir il faut l'initier à travers l'éducation et dire aux femmes qu'elles peuvent faire bien d'autres choses que des tutos maquillage sur youtube, même si c'est très plaisant, bien sûr vous avez le droit d'être la parfaite femme au foyer. Mais demandez vous si ce n'est pas étouffant de se restreindre à être uniquement ce qu'on attend de vous.

Girls who code, fait des meetups en france et dans le monde dans le même but. Si vous shouaitez en savoir plus sur les métiers de l'ingénierie de façon gratuite (avec apéro et boustifaille offerte) c'est un bon endroit pour débuter.

la force soit avec vous!

les resources du blog sur github

en ce moment je prépare une petite série de billets sur la gestion de projet. Je rassemble un bon paquet d'avis et de méthodes et je pourrai commencer.

En attendant je viens de créer un dépot github pour que vous puissiez trouver tous les bouts de codes réutilisables facilement, vous pouvez les utiliser comme vous voulez et surtout les améliorer ;)

https://github.com/tykayn/blog.artlemoine.com

n'hésitez pas à ouvrir des issues sur github ou à en discuter ici dans les commentaires.

Oh d'ailleurs je serai au meetup github de la société géniale demain Jeudi 12 Novembre, passez donc me faire un coucou.

mon github: https://github.com/tykayn

Mise en forme de code coloré sur votre site

assez souvent je croise des blogs contenant des portions de code malheureusement non mises en couleur selon le langage.

C'est pourtant pas si compliqué à mettre en place.
de nombreux plugins de blogs wordpress, drupal, dotclear le proposent, si vous écrivez sur un blog.
Ou bien il suffit d'inclure une lib JS (en fin de corps de page) qui se chargera de détecter vos balises <code></code> ou <pre></pre>, de deviner de quel langage il s'agit et de le colorer en conséquence. Sauf que le langage n'est pas toujours bien détecté car plusieurs langages utilisent des structures et des mots clés similaires,
il faut souvent utiliser un marquage pour éviter les colorations qui n'ont rien à voir.
pour dotclear, sur lequel fonctionne ce blog j'utilise YASH.
il faut mettre son code dans une balise de préformatage <pre></pre> et lui mettre une classe brush:js par example. Ce qui est un peu relou.
ce qui donne ceci dans le code HTML
<pre class="brush:html">
<!-- mon commentaire html --> <html> là on est dans du html moche mais coloré </html>
</pre>
Mais syntaxeHL fait aussi très bien l'affaire:
http://plugins.dotaddict.org/dc2/details/syntaxehl
// wow ce code est trop mieux en couleur
var bonjour = 'Hello Monde!';
Mais si vous voulez un joli thème de coloration y'a le projet HighLightJS qui non seulement met en forme plus de 50 lagages, mais dispose aussi d'un bon paquet de thèmes dans leur démos.
Le site propose aussi de créer un pack de la lib pour ne mettre en forme que certains langages choisis. Vu qu'en général on ne parle pas de quinze mille langages différents sur le même site c'est une option fort chouette.
J'ai donc uploadé le pack.js dans mon dossier public de dotclear ainsi que le thème css qui va bien.
j'ai ajouté l'appel au script dans le footer tpl/_footer.html de mon thème dotclear, 
<script src="/public/highlightjs/highlight.pack.js"></script>
<script>hljs.initHighlightingOnLoad();</script>
<link rel="stylesheet" href="/public/highlightjs/agate.css">
le code d'exécution dans une autre balise script, chargé le css dans l'entête du fichier tpl/_head.html
Comme sur ce blog j'utilise la balise de code pour montrer du code, et que la mise en forme d'highlightjs s'applique à une balise<pre> (le bonheur est dedans) contenant la balise code, j'ai rajouté une ligne de jquery pour enlevopper mes balises codes d'un préformatage. 
$('.post-content code').wrap('pre')
ainsi je peux spécifier la classe du nom du langage sur ma balise code et elle est conservée.
c'est facile à mettre en place, et zoup! ça améliore l'expérience de lecture donc pourquoi s'en priver ? ;)
enjoy!

dual boot windows 10 et linux

Quelle déconvenue après avoir installé ubuntu 14.04 sur mon nouveau laptop (Acer v nitro) ayant windows 10 préinstallé, déjà, je n'ai pas réussi a le faire à partir d'une clé live usb faite avec unetbootin, quelle que soit la boot config dans le bios. Ensuite, impossible de voir le menu grub. Windows démarre juste après le slpash screen d'Acer sans proposer de choix ni montrer une seule seconde le menu grub. Pour arriver a faire démarrer sur grub il fallait faire trois choses: 1/ dans le bios. (touche f2 lors du démarrage) assurez vous que le boot est en mode UEFI. désactiver le secure boot dans la partie sécurité. sauver et redémarrer, 2/ dans windows 10 désactiver fast boot dans les options d'alimentation > (bouton pour autoriser les modifications) décocher le "démarrage rapide", sauvegarder. (une nouveauté depuis windows 8 qui devait faire une vraie différence quand on avait pas de SSD à l'époque) 3 / toujours dans windows, lancer la commande suivante dans une invite de commande (lancée en tant qu'administrateur) afin que le boot prenne en charge la config de grub.

bcdedit /set {bootmgr} path \EFI\ubuntu\grubx64.efi

faites entrée, et ça devrait vous dire que ça a réussi. (astuce prise de cet article http://itsfoss.com/no-grub-windows-... )

redémarrez et priez pour voir le menu grub. et vouala!

le triangle du projet

every_it_job.png

- page 1 de 6